(Français) Ode à Saint Germain ~ d’après Jules Supervielle, Marseille

Credits: Ryan Zohar

By Johanne FP

___________________________________

Un quartier, sortie du luxe et d’un on ne sait quoi, avec ses échoppes, ses vitrines et leur scintillement.
Et ses rues de craies qui rivalisent les Antiquaires,
Ses cafés d’un autre monde sont emplis de leur histoire,
Le beau rendez-vous des grands esprits qui se disputent les mots comme pour s’en nourrir,
Et les boutiques d’antiquaires rassemblent les Arts d’hier et maintenant comme des portes temporelles,
Leurs meubles, leurs miroirs, leurs livres d’encre jaunie et leurs tableaux,
Et cela dessine des toiles silencieuses.
Ici les artistes pensent tout haut, c’est une rumeur qui s’entre mêle à l’écho des passants,
Et peint des poèmes comme des fenêtres en pleine rue,
Ils entraînent les cœurs, les bousculent dans les rimes,
Et les réveillent à toute heure au coin des rues.
Et la Lune est une muse échappée du pinceau d’un peintre
Qui vous guide à travers les rues sombres de la nuit.
Insouciant passant, écoute-le, je t’en prie, prête ton oreille,
Tout ce tumulte voudrait t’atteindre, et te rallier aux siens,
Laisse toi donc faire, que ces notes te rattrapent
Ô mélodie insaisissable
Et qui nous titille les yeux
A cause de toutes ces couleurs que tu chante à travers tes murs.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *