5 RAISONS D’ACHETER DE LA SECONDE MAIN

@wellmadeclothes

Roxane Paul

  1. PARCE QUE LA PLANÈTE DEMEURE NOTRE SEULE MAISON.

A base d’usines pétrochimiques, de teintures toxiques et d’eaux usées, l’industrie de la mode demeure la deuxième la plus polluante du monde après l’industrie pétrolière. Pour ne citer que des chiffres et parler concrètement, il faut savoir que la mode produit plus de gaz à effet de serre que les vols internationaux et le trafic maritime réunis, c’est également elle qui consomme le plus d’eau après l’agriculture. Ainsi, pour fabriquer un tee shirt, c’est près de 2 700 litres d’eau qui devront être utilisés, pour un jean 7 000 litres, sans parler de l’énergie qu’on devra consommer afin de coudre et d’assembler les tissus. En soit, il faut se rappeler que les seuls vêtements qui ne consomment pas sont ceux qu’on ne crée pas. Depuis les années 2000, les vêtements sont devenus deux fois moins résistants, et pire, la production à la chaîne est tellement importante que de nombreuses pièces ne trouvent pas de preneurs. Les marques sont donc contraintes de brûler des stocks de vêtements neufs, invendus. Une preuve que l’industrie de la mode et de la « fast fashion » sont allées trop loin et qu’il y a actuellement largement assez de vêtements sur terre pour nous convenir à tous.

  1. PARCE QU’ON PERMET DE RENDRE LA VIE MEILLEURE À BEAUCOUP DE GENS

En outre, la vente et la revente de vêtements et d’objets d’occasion ne me semblent nuire à personne. Lorsque l’on achète dans de grandes enseignes telles que H&M, Zara ou Nike on est tous plus au moins au courant des dégâts considérables que la création de ces vêtements engendre sur les populations et leur environnement. Dans des usines à l’autre bout du monde, des marques de notre quotidien font travailler enfants et adultes dans des conditions précaires et dangereuses. Que ce soit par leur salaire minable ou leurs conditions de travail aliénantes et nuisibles à leur santé, rien n’est humain dans cette industrie. De plus, lors d’achats de particulier à particulier, on favorise l’économie de réinsertion. Car la collecte, la réparation, la distribution et la revente créent des emplois, mais peuvent aussi aider de nombreuses personnes à obtenir des produits qu’elles n’auraient pas eu les moyens de s’offrir autrement. Certaines fripes sont aussi à but caritatif, telles que les fripes du Secours Populaire. Donc, en vendant ou en achetant seconde main, on offre aussi de l’aide et une chance à des personnes qui peuvent en avoir vraiment besoin.

  1. PRENDRE SON MAL EN PATIENCE

Chiner, chercher, négocier, hésiter, cela permet aussi de prendre conscience de ses achats et de ses réels besoins. En achetant de la seconde main, on fait beaucoup moins d’achats compulsifs, il n’y a pas tout le marketing et la stratégie de vente qui entourent les produits. Combien de vêtements avons-nous achetés pour au final ne jamais les porter ? Tout ce processus de chinage et de recherche nous permet de devenir responsable et patient, vis-à-vis de ce qu’on veut vraiment. Une habitude que l’on perd de plus en plus dans notre société actuelle où tout est dans la vitesse et l’immédiat.

  1. PARCE QUE ÇA FAIT DU BIEN AU PORTEFEUILLE D’ÉTUDIANT

C’est bien connu, la plupart des vêtements d’occasion et de seconde main, à moins qu’ils soient collectors, valent moins cher que leur prix initial en magasin. Et certes, même si certaines fripes surfent sur la vague de cette tendance du vintage et se permettent de vendre leurs vêtements beaucoup trop chers, sachez que ce n’est pas le cas de toutes, et qu’il faut juste veiller à trouver la bonne friperie, où le rapport qualité prix vous conviendra. De nombreuses enseignes sont présentes un peu partout en France et avec une grande et bonne sélection d’articles. En cherchant un peu, vous devriez finir par trouver les magasins qui vous correspondent. De plus, si vous êtes férus de marque, c’est également un bon moyen d’acheter non seulement des pièces originales, mais aussi à bas coûts. Enfin, outre les friperies ; les vide greniers, brocantes et marchés aux puces sont également d’excellentes alternatives pour trouver des vêtements originaux, et parfois quasi neufs à des prix plus qu’abordables. La négociation (dont beaucoup ont l’habitude dans notre ummah mentonnaise) sera votre meilleur atout, donc il n’y a pas à hésiter : allez courir aux affaires dans les différents vides greniers qui s’organisent régulièrement à Menton !

  1. PARCE QUE C’EST COOL

Au final, on ne peut nier qu’au-delà de tous les points positifs qu’il y a déjà à acheter de la seconde main, c’est aussi assez cool de pouvoir répondre lorsqu’on te demande d’où vient ta veste que tu l’as « trouvée dans une brocante pour 3 euros ». Il semble que le vintage n’a jamais été aussi tendance, et que désormais c’est à la mode de chiner ses propres pièces. De plus, dans une époque où l’on tend à tous se ressembler dans notre style ou notre manière de nous habiller, la seconde main est un bon moyen de trouver des pièces originales et différentes. Enfin, tel un livre dont le conte aurait déjà été lu plusieurs fois, chaque vêtement a une histoire et a déjà vécu. Et si vous ne trouvez pas ça spécialement cool, dites vous au moins que ce seront des vêtements résistants, bien plus que ceux made in China, Bangladesh ou Turquie que l’on peut retrouver la plupart du temps dans les grandes enseignes. Finalement, la mode n’est qu’un cycle, et ce que vous portez aujourd’hui sera très certainement à la mode dans 20 ans, alors il ne me semble pas y avoir de meilleure alternative que d’acheter des vêtements d’occasion et de revendre les siens afin de boucler la boucle de la seconde main.

Carnet d’adresses

  • O Chineur, 8 rue Benoit Bunico, Friperie à Nice
  • Caprices and Co, 12 rue Droite, Friperie à Nice
  • Kilo Shop, 35 avenue Malaussena, Friperie à Nice
  • Bozar, 2 rue Niepce, Friperie à Nice (Instagram)
  • Emmaüs, 158 Chemin des Arnaud, Friperie associative à Saint André de la Roche
  • Vesti boutique de La Croix Rouge, 14 rue Parmentier, Friperie associative à Nice

Et si ces alternatives ne vous conviennent pas vous avez toujours la possibilité d’installer des applications de vente d’occasion comme Vinted ou United Wardrobe.

Enfin, s’organise régulièrement, en hiver comme en été, des vides greniers et des brocantes le dimanche matin à Menton Garavan.

Cet article fait partie de l’édition spéciale réalisée en partenariat avec Environnementon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.