Accueillir et enfin accepter son Mr.Hyde

D., Emmanuel. Shadows. Flickr

Marc Kioumji

Qu’on lui attribue le nom de « passager noir » comme dans Dexter, de « pulsions du ça » comme chez Freud ou encore de Mr. Hyde, je suis convaincu que chacun de nous possède ce petit élan primaire qui erre, somnolant, à l’intérieur de l’âme. Certains s’y sont accoutumés, d’autres n’ont pas encore eu l’opportunité d’y faire face. Comme toute manifestation sentimentale intense, il aura fallu à chacun l’opportunité de laisser s’exprimer cette partie de lui-même pour pouvoir enfin la rencontrer. Cela dit, une fois relâché pour la première fois, ce nouveau reflet tente à hanter son propriétaire. Je trouve ça bien triste et bien malheureux. C’est bien pour cette raison que je vais tenter de faire comprendre ici pourquoi il n’est pas nécessaire de craindre la plus sombre partie de soi.

Dans l’entourage classique d’un individu, il y en a toujours un : un type tout à fait normal, aimable et bien attentionné. Il a ses défauts et ses qualités, ses passions et ses lubies grotesques. Vient cependant le jour où l’on voit cette personne agir en totale opposition avec tout ce qu’elle a pu montrer jusque là. Il devient violent ; ou se met à pleurer ; ou se met à crier ; ou se met à jurer. En le voyant, vous vous assurez qu’il ne s’agit là que d’un acte isolé, que cela ne se reproduira sans doute pas. Vous avez d’ailleurs bien raison et vous vous dites qu’il doit vous manquer des informations, que vous préférez ne pas émettre de jugement. Encore une fois voici une réaction normale.

Mais voilà qu’un beau jour, les rôles s’inversent. C’est bien vous qui, le lendemain matin, vous faites charrier pour avoir pété un boulon en pleine rue en rentrant de soirée. Vous n’avez pourtant pas besoin qu’on vous le rappelle, c’est imprimé à l’encre indélébile dans votre mémoire : vous avez déconné et laissé s’exprimer cette… « pulsion ».

Je n’aime d’ailleurs pas le mot « pulsion » et préfère parler de « filtrage ». Dans un moment de faiblesse, vous avez laissé filtrer une partie de vous-même dont vous n’êtes pas fier et qui fait peur aux autres. Vous plaisanterez bien à l’avenir de ce que cet état second vous a fait commettre comme stupidités mais jamais, oh grand jamais, vous ne révélerez les raisons profondes de ce soudain changement. Et c’est là bien normal puisque si vous vous laissiez tenter par cette douce intrigue, si vous tentiez de partager avec autrui la cause de cet excès, alors vous vous dénuderiez complètement. Car il s’agit ici d’une partie de vous-même que vous ne contrôlez pas. Une espèce de membre putréfié de vos idées et frustrations les plus noires qui, abandonnée par votre conscience, s’immisce quand elle le peut- tel un parasite, sournoisement et sans remords- à la vue de tous.

Pourtant c’est bien vous, et c’est bien lui et c’est bien moi. À mesure que le phénomène se répète, on le comprend alors. Et si cela vous comble d’épouvante, si vous avez du mal à l’accepter, alors il faut recommencer ! Vous verrez alors que ce n’est qu’en approuvant le fait de posséder son propre passager noir qu’on arrive à lui faire face. Vous l’identifiez, comprenez d’où il vient et ce qu’il réclame de nourriture. Vous vous risquez alors à tenter de le contenir. Vous échouez une fois, puis une autre et encore une autre. Bien obligé, vous persévérez, mais commencez à vous habituer à ce sentiment qui avait commencé « étrange » et vous est maintenant familier. Alors, c’est que vous vous en rendez enfin compte.

Dans ce perpétuel combat que vous menez contre cette indélébile partie de vous-même, vous vous sentez fier, vous sentez vertueux. Vous réalisez que vous ne choisissez pas ce que vous êtes, mais que vous pouvez choisir QUI vous êtes. Alors vous comprenez qu’il ne reste plus qu’à accueillir ce bon vieux Mr. Hyde à bras ouverts. Parce qu’à force d’efforts quotidiens, il vous force à agir dans le bon sens.

Au final, vous lui jetez un regard de compassion alors qu’il se débat dans sa cage : grâce à lui vous devenez meilleur et vous avez presque envie de le remercier.

lezadig
lezadig

Latest posts by lezadig (see all)

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *