[Dossier 7/8] ‘Asabiyya ‘asabiyya : rayonnement professionnel et culturel du campus

Malotru¸ agent secret et alumnus fictif du campus de Menton © Eric Rochant, Le Bureau des Légendes

Bernard El Ghoul soulignait déjà au Zadig la dynamique de Sciences Po de « créer des campus internationaux dans des villes de petite ou moyenne taille, où les étudiants peuvent développer des liens d’amitié et de solidarité – ce que vous appelez l’ “asabiyya” – et une sorte de proximité intellectuelle. Cela signifie que nous voulons que les étudiants construisent à la fois des méthodes de travail communes et un réseau de relations qui peuvent être utiles pour l’avenir ». La ‘asabiyya formée en deux ans survit au départ de Menton.

Tout d’abord, au niveau du réseau professionnel, Coline Houssais et Jana Jabbour soulignent qu’on retrouve des Anciens du campus à des postes stratégiques, en lien ou non avec le Moyen-Orient, dans différents secteurs. « L’enseignement pluridisciplinaire qui m’a été dispensé m’a ouvert de nombreuses opportunités » affirme Jana Jabbour, qui a successivement commencé sa carrière dans le cabinet de conseil Deloitte, puis rejointune webtélé dédiée au Moyen-Orient (Samar Media TV, créée par Coline Houssais et Ziyad Clot) pour enfin poursuivre

« De manière générale, mes collègues nord-américains sont sensibles à la qualité des conditions d’études à Menton, un campus qui est apprécié outre-Atlantique »

Jean-Pierre Filiu, enseignant au campus depuis 2006

un doctorat, ce qui lui a permis d’accéder au monde de la recherche et de l’enseignement. Aujourd’hui, elle est chargée de communication au bureau régional de l’UNESCO à Beyrouth, en parallèle de sa carrière universitaire à l’Université Saint-Joseph. Outre des Anciens encore scolarisés,  un programmateur culturel à l’Institut du Monde Arabe, des consultants, enseignants ou futurs enseignants, un fonctionnaire du Ministère français des Affaires étrangères ou encore un doctorant, ont à titre d’exemple répondu à mon sondage. C’est sans compter notre alumnus fictif le plus célèbre, Guillaume Debailly (aka Paul Lefebvre, aka Pavel Lebedev, aka Malotru), agent secret dans le Bureau des Légendes (Eric Rochant, 5 saisons).

Même si le rayonnement du campus n’est pas quantifiable, je n’ai pas eu accès à beaucoup de ressources en ligne qui en faisaient mention. À Menton, Gilles Kepel considère que « plus personne » ne regrette l’installation de Sciences Po. Dans d’autres cercles, Jean-Pierre Filiu me confie : « de manière générale, mes collègues nord-américains sont sensibles à la qualité des conditions d’études à Menton, un campus qui est apprécié outre-Atlantique ». De son côté, Stéphane Lacroix est « toujours agréablement surpris de voir le nombre de collègues en Middle-East Studies de par le monde qui connaissent le campus de Menton ». La politique d’étudiants en échange participe sûrement à répandre l’existence de notre institution dans les milieux anglo-saxons.

En définitive, le campus s’est montré à la hauteur de l’ambition de départ de Richard Descoings dans la structuration d’une communauté. « Concrètement, le dialogue s’est fait » observe Kenza Aloui. En amitié ou en amour, ajoute-t-elle, « on est maintenant dans les vies les uns des autres ». De plus, Coline Houssais déclare avoir « développé des amitiés pour la vie […], que je vois mes anciens camarades une fois par mois, par an ou par décennie ». « L’histoire montre que c’est souvent un petit groupe d’individus qui réussit à faire bouger les choses, pour le meilleur comme pour le pire » développe-t-elle par ailleurs. Si l’on se rapporte à l’inénarrable cycle des civilisations de Ibn Khaldoun, espérons que notre ‘asabiyya ne soit pas encore arrivée à sa décadence.

Article précédent: [6/8] La 3A, rentabilisation financière du bachelor et gap year ?

Article suivant: [8/8] L’expérience d’une vie

Alban Delpouy

Bonjour ! Je m'appelle Alban Delpouy et j'entame cette deuxième année loin de ma chère Réunion. Je suis ravi d'occuper le rôle de directeur de publication de ce nouveau cru du Zadig. Par ailleurs, je serai en charge du site Internet de votre journal préféré. J'attends de pied ferme vos articles, que je me ferai un plaisir (ou pas) d'éditer !

Hello ! My name is Alban and it's my second year far from my dear Reunion Island. I'm glad to hold the role of publication director of this brand new Zadig. By the way, I'll also be in charge of your favourite's newspapers website. I'm looking forward to editing your articles !
Alban Delpouy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.