[Dossier 1/8] Un campus délocalisé à l’ambition de plateforme méditerranéenne

Richard Descoings et Gilles Kepel, photo probablement prise dans les locaux de l’hospice Saint-Julien. Source: The Middle Eastern and Mediterranean Undergraduate Program. A Hub of Knowledge, Sciences Po, année inconnue

Sciences Po entame l’installation de campus en province dans l’intention de délocaliser des premiers cycles d’études universitaires spécialisés sur une zone géographique. Bernard El Ghoul, directeur du campus de sa création jusqu’à 2019, opposait cette démarche à celle d’autres universités qui s’adonnent au traitement de « global issues » en installant des campus à l’étranger – comme Yale Singapour ou Sorbonne Abu Dhabi. « Richard Descoings, déclare-t-il dans les colonnes du Zadig en 2015, a favorisé une autre approche en mettant en place des campus internationaux en France et en accueillant des étudiants du monde entier ». Le campus franco-allemand de Nancy avait ainsi ouvert la marche en 2000, suivi des campus de Dijon (Europe de l’Est) et Poitiers (Europe – Amérique Latine) l’année suivante. Parallèlement à cela, la chaire Moyen-Orient – Méditerranée est créée en 2003. Pour rappel, l’ouverture d’une chaire consacre, dans le cas présent, la promotion d’un programme de recherche sur une zone géographique. Dans l’entretien de cette édition, Gilles Kepel décrit que l’objectif était de proposer un parcours cohérent « de la maternelle à l’université », c’est-à-dire de suivre des étudiants depuis leur apprentissage de l’arabe jusqu’au Master Moyen-Orient – Méditerranée rattaché à cette chaire, avec la possibilité de se lancer dans une thèse par la suite. La création d’un campus en région ad hoc faisait ainsi « partie de l’ensemble ».

« l’ensemble du projet repose sur la volonté pédagogique de Sciences Po, et la volonté intellectuelle et logistique de Menton de nous accueillir. » Bernard El Ghoul, 2015

Plusieurs villes du sud de la France se proposaient d’héberger un campus de Sciences Po Paris. Des articles font état d’Aix-en-Provence, qui accueille pourtant déjà un Institut d’études politiques depuis 1956, mais également de Toulon, candidat à l’installation d’un programme Europe – Afrique, finalement implanté à Reims. Le choix de la ville de Menton est à attribuer initialement au zèle employé par Jean-Claude Guibal dans la promotion de sa commune. Interrogé par l’Express en 2006, le député-maire est présenté comme un « fervent partisan du dialogue euro-méditerranéen ». Il est alors vice-président des groupes d’amitié avec l’Algérie et la Tunisie à l’Assemblée, et confie avoir « dû mener un lobbying intensif à la Fondation nationale de sciences politiques et organiser une tournée au Moyen-Orient pour monter ce projet ». Cela commence en 2003 lorsque Jean-Claude Guibal entre en contact avec Richard Descoings. L’ancien directeur de Sciences Po revient dessus en 2011 à l’occasion de l’inauguration des locaux de l’Hospice Saint-Julien : « j’ai reçu un appel de Jean-Claude Guibal, député-maire de Menton, qui avait entendu parler de nos campus internationaux. La Méditerranée, m’a-t-il dit, n’est pas qu’une affaire de passé et d’histoire, c’est aussi une affaire d’avenir, pourquoi ne pas ouvrir à Menton une antenne de Sciences Po dédiée à la Méditerranée ? ». Gilles Kepel me raconte que Richard Descoings lui avait demandé ce qu’il pensait d’une implantation à Menton ; c’était sans compter sur le lien affectif qu’entretient le professeur des universités avec le pays mentonnais. Le choix de la ville étant validé, les pourparlers s’engagent entre les différentes parties comme le détaille l’entretien publié dans cette édition. On arrive finalement à un accord sur l’Hospice Saint-Julien, qui s’inscrit finalement dans la logique entreprise par Sciences Po de ne pas établir des campus ex nihilo et de plutôt revaloriser d’anciens bâtiments. Ainsi, l’Hôtel des missions royales, ancien séminaire jésuite, avait précédemment été rénové en vue d’accueillir le campus nancéen, comme c’était également le cas d’anciens locaux de l’université dijonnaise de médecine ou encore du Collège Aliénor d’Aquitaine de Poitiers. Nous retiendrons que cet emplacement est un point de friction du fait des enjeux électoraux que revêt le bâtiment. Brièvement, sa rénovation actée a elle-même été l’objet de contraintes administratives, du fait de sa location dans le périmètre sauvegardé de la vieille ville, mais également financières, avec une augmentation de 60% du coût du projet par rapport aux estimations initiales au jour de son inauguration en 2011. Comme le résumait déjà Bernard El Ghoul dans le Zadig, « l’ensemble du projet repose sur la volonté pédagogique de Sciences Po, et la volonté intellectuelle et logistique de Menton de nous accueillir ».

Il s’agit pour Jean-Claude Guibal de renforcer l’attractivité internationale de Menton, plus particulièrement dans les affaires méditerranéennes, ce qu’il résume lors d’une déclaration en 2016 : « si je devais rêver, j’aimerais qu’il  [le campus] serve de support à un ‘Davos de la Méditerranée’ ». Bernard El Ghoul dépasse même cette ambition lors d’une interview pour le site officiel de Sciences Po en annonçant l’objectif de « faire travailler des étudiants français et européens avec des étudiants venus des rives sud et est de la Méditerranée, dans un dialogue de type Orient-Occident ». Depuis sa création, le campus a en effet porté dans une certaine mesure une importance stratégique et politique intimement liée à sa zone de spécialisation.

Article suivant: [2/8] Mise à l’agenda politique de Menton

Alban Delpouy

Bonjour ! Je m'appelle Alban Delpouy et j'entame cette deuxième année loin de ma chère Réunion. Je suis ravi d'occuper le rôle de directeur de publication de ce nouveau cru du Zadig. Par ailleurs, je serai en charge du site Internet de votre journal préféré. J'attends de pied ferme vos articles, que je me ferai un plaisir (ou pas) d'éditer !

Hello ! My name is Alban and it's my second year far from my dear Reunion Island. I'm glad to hold the role of publication director of this brand new Zadig. By the way, I'll also be in charge of your favourite's newspapers website. I'm looking forward to editing your articles !
Alban Delpouy

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.