Edito – Novembre

Qu’est-ce qu’un éditorial au juste ? Je m’apprêtais à tergiverser sur le malaise européen, la crise syrienne ou bien le « poker menteur » comme l’appelle Jeune Afrique dans l’un de ses articles engagé entre Israël et l’Iran, mais que nenni : plutôt que de vous parler de toutes ces réjouissances, j’ai pensé soudainement en commençant à taper énergiquement sur les touches de mon clavier,   tiens, qu’est-ce qu’un édito ? Si habitués au format Sciences Po, avec introduction, conclusion, chapô, annonce de plan et tous leurs amis, nous en oublions parfois comment écrire, tout simplement, laissant aller les mots au fil de nos idées sans forcément peser chaque terme et en voyant à travers chaque lettre un point qui pourrait potentiellement s’envoler. Alors on nous fait croire en université que sans structure point de qualité. Mais je ne suis pas d’accord. La passion et la créativité, l’idée même, doit interférer dans chacune de nos productions, écrite ou autre. Les artistes ont le plaisir de l’esthétique, les politiques du bien commun, les médecins de la santé publique, enfin l’écrivain a le plaisir des mots et des innombrables jeux qu’ils nous offrent. Qu’y a-t’il de plus beau que les mots, avec lesquels nous pouvons faire parvenir à autrui, de manière écrite ou orale, nos opinions, nos sentiments, nos raisonnements ? Il y a de nombreux coups de génie, inexpliqués, inexplicables, des idées qui nous viennent d’on ne sait où et qui surgissent on ne sait quand : et c’est bien là que l’on voit qu’il existe toujours une place pour la passion, pour la spontanéité même dans les assignations les plus encadrées. Et c’est en écrivant cela que je me rends compte de l’utilité d’un édito (ou de son inutilité, à chacun son point de vue) : laisser ce gramme de passion et de liberté dans un monde où l’on ne parle pour ainsi dire que d’horreurs ou d’injustices, où tout n’est que drames parce qu’après tout c’est ce qui fait vendre quand on les conte. Nous sommes submergés par les images, laissez-vous donc envahir par les mots dont nous sommes les auteurs.

Bonne lecture !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *

This site uses Akismet to reduce spam. Learn how your comment data is processed.