Et Israël?

Anonyme

Depuis le 14 novembre et la mort du chef du Hamas Ahmad Jabbari, le conflit Israélo-palestinien a recommencé. Les commentaires fusent partout sur le campus de Sciences Po Menton, et à juste titre étant orienté sur les questions méditerranéennes et lié au Moyen-Orient. De tout ce que l’on a pu entendre, il me semble que le soutien pour un camp semble être plus fort que pour l’autre. En effet, dans les couloirs, les salles de classes, pendant les pauses ou sur Facebook, les défenseurs des palestiniens se font largement entendre, alors que ceux d’Israël se comptent sur les doigts de la main.

J’ai donc pensé qu’il serait judicieux de faire voir qu’il est également possible de voir l’action de l’Etat hébreu comme justifiable. Cet article n’a pas de visée raciste, pro-sioniste ou quoi que ce soit, et je ne cherche ni à renforcer Israël, ou à discréditer la Palestine, n’ayant aucun intérêt à soutenir un camp ou l’autre. Ce papier vise seulement à monter un débat qui selon moi n’a malheureusement pas lieu sur le campus.

Les juifs ont commencé à s’installer en Palestine en 1880. Ils ont choisi cet endroit suivant une logique tout d’abord religieuse. En effet, comme on le sait, Israël est la terre promise par Dieu au peuple juif dans l’Ancien Testament, et un royaume Juif y avait déjà été établi au XIVe siècle avant notre ère. Cependant, un autre facteur a poussé au choix de ce lieu. Au XIXe siècle, la Palestine était une région désertique, peu peuplée et sous contrôle de l’Empire Ottoman. Les terrains du pays ont été acquis légalement par les juifs qui fuyait déjà (ou encore…) l’antisémitisme européen. A partir de là, la Palestine a commencé à être mise en valeur et la prospérité grandissante de la région a attiré des migrations d’arabes des régions environnantes, les arabes devenant ainsi majoritaires. Il n’y avait ainsi que 141 000 musulmans en 1882, en 1922, il y en avait 650 000.

A la fin de la deuxième guerre mondiale qui aura causé la mort de plus de cinq millions de juifs, les vainqueurs, se sentant coupable de ne pas avoir empêché de telles atrocités décidèrent de mettre en place un Etat juif et le choix de la Palestine s’est révélé être tout à fait dans la continuité des évènements cités au paragraphe précédent. Plusieurs tentatives de compromis avec les arabes de la région ont été rejetées par ces derniers. En effet, ceux-ci, depuis 1937, toléraient de moins en moins la présence juive et s’opposèrent aux efforts des britanniques de trouver une solution. Blocage fut donc fait contre la « Peel commission » de 1937, prévoyant la division de la région en deux Etats. Le plan de partage des Nations Unies, fait sans aucune arrière-pensée des juifs satisfaits d’avoir enfin un Etat, fut donc catégoriquement refusé par les palestiniens après la deuxième guerre mondiale. L’Etat d’Israël a cependant vu le jour le 14 mai 1948.

De là se sont enchainés divers épisodes : en 1949 la première guerre israélo-arabe, en 1967 la guerre des Six Jours qui ont vu l’agrandissement du territoire de l’Etat hébreu. Ces conquêtes sont l’une des critiques dont fait l’objet Israël par les palestiniens et de nombreux pays arabes. Cependant, il est important de noter qu’elles n’ont eu lieu qu’à la suite de guerres causées par les pays arabes.

Depuis lors la situation stagne et Israël a maintenant un ennemi principal, au-delà de l’Iran : le Hamas. On ne peut pas dire que ce mouvement qui dirige la Palestine soit réellement apte au pouvoir tant il ne respecte pas les libertés démocratiques, (expression, pluralisme) avec par exemple les affrontements qu’il a occasionné en 2006-2007 contre le Fatah. Israël peut-il espérer faire la paix avec une telle entité ? Israël peut-il accepter de faire la paix avec un pseudo régime qui lance régulièrement des roquettes, même pendant la « trêve » de 2005 qui aura duré six mois ? Mais enfin ? Si des missiles étaient envoyés de Corse sur la France par des chefs de réseaux mafieux, l’Elysée resterait-il sans rien faire ? Et de plus, comment prouver la crédibilité de l’action d’Israël quand le Hamas utilise la population civile comme boucliers humains en tirant ces roquettes de maisons, faisant ainsi porter le poids des massacres de civils par l’Etat hébreu lors de ses réponses aux diverses agressions.

Enfin, la Palestine a été l’un des pays les plus aidé au monde avec plus de 12 milliards de dollars d’aides reçu entre 1994 et 2009. Si cet argent avait été bien géré et non monopolisé par les dirigeants palestiniens, il n’y aurait sûrement pas à ce jour de blocus, de trafics, et le peuple palestinien aurait pu améliorer significativement sa condition. Au lieu de cela la situation stagne et le Hamas utilise Israël comme responsable de l’impasse dans laquelle la Palestine se trouve.

La présence de l’Etat hébreu dans cette région n’a donc rien d’illégitime et ses actions face à Gaza sont justifiables. C’est ainsi qu’on se trouve aujourd’hui dans un bourbier avec un peuple qui ne peut pas être qualifié de colon étant revenu sur la terre de ses ancêtres, et un autre qui refuse de se prendre en main. Beaucoup sont donc poussés à la neutralité dans ce conflit duquel on ne sait plus quoi penser…

Et à ceux qui disent que les neutres sont les partisans des oppresseurs (sous-entendu Israël), sachez que c’est faux car on peut être aussi partisan d’une solution de paix et de coexistence qui n’a rien d’utopique. En effet, si les puissances décidaient de changer, par la force ou non, les deux gouvernements, ou du moins d’influencer fortement leurs politiques afin qu’ils écoutent leurs peuples et non leurs idéologies, peut-être que le conflit s’apaiserait. Car au final, ce sont les dirigeants politiques qui déclenchent la haine entre deux peuples d’apparence opposés mais qui en réalité, se ressemblent plus qu’ils ne le savent, à l’image des grecs et turques par exemple…

lezadig
lezadig

Latest posts by lezadig (see all)

8 Comments

  • Eleve de Premiere says:

    Bonjour, j’aimerais juste vous rappellez que le conflit israelo palestinien ne peut pas etre resume en un article, et que cet article simplifie des faits historiques beaucoup plus complexes et plus profond qe vous ne les montrez, mais aussi que vous avez (inconsciemment je suppose) homis un tres grand nombre de faits et de details qui montre que non seulement vous favorisee un camps a l’autre, mais que vous croyez que vous allez convaincre qui que ce soit avec vos “analyses” non-objectifs et simplistes. Permettez moi de vous rappeller quelques petites choses, les terres acquises par les juifs immigres d’europe entre 1880 et 1937 ne depasse les 6% du territoire israelo palestinien, les forces Brittanique ont interdit l’immigration des juifs en terre palestinienne pendant la seconde guerre mondiale, ce qui a conduit des organismes sioniste comme le Lehi a cooperer avec les forces de l’Allemagne Nazi pour essayer d’evicter les forces Allies de Palestine. Vous avez aussi mentionne que c’etait grace aux immigres juifs que les arabes sont alles s’installer dans cette region, et qu’ils etaient a la base de l’augmentation “soudaine” de la population, mais je vous demanderais de comparer cette augmentation avec le reste des pays arabes (egypte 6 millions en 1880 – 17 millions en 1938) et que c’est un phenomene que connaissait l’ensemble de la region, et que c’est GRACE (et je dit bien grace) a l’empire Ottoman et la construction de voie ferre entre les grandes capitale et jerusalem que cette region et devenu plus active. Vous avez aussi juger correcte de dire que ce sont les pays arabes qui ont commence l’offensive de la guerre de 67, or il est vrai que les pays arabes (l’egypte notamment) ont mis pression sur Israel, mais l’offensive est venu du camps sioniste. J’ais ete stupefait que vous denonciez les aides apporte aus peuples palestinien (affame, enferme, massacre, victime de blocus inhumain) et que vous ne nous parlez pas des aides militaires de la part des Etats Unis envers Israel! Et que vous compariez des aides purement humanitaires en denrees alimentaires et en medicaments etc… a des financements militaires!!! Finalement j’aimerais vous demander de revenir aux chiffres, car Israel EST l’oppresseur a en juge par le nombre de victimes civils, et j’aimerais vous rappellez que les vrais victimes de la guerres ne sont pas les morts, mais les enfants qui ont vue leur familles tue, leurs parents trembler de peur aux fouilles au corps, aux inspections et aux attaques contre les civils, les handicapes, les blesses, les sans domiciles, les affammes… et la liste est longue!! Eux vous n’en trouverais pas en Israel…Vive la Palestine Libre,
    Merci

  • Zineb says:

    Article simpliste, partiel, partial, partisan et inutile
    tu dis au début que cet article n’est pas ‘pro-sioniste’ pour conclure à la fin que le bombardement de gaza est légitime?
    profite un peu du fait d’être à menton pour te débarrasser de tes oeillères au lieu de nous balancer cette propagande anti-arabe désuète

    • arf says:

      Il faudrait quand-même arrêter de parler de propagande anti arabe à chaque fois que l’on ne soutient pas la cause Palestinienne… Certes cet article est partiel et simplifie pas mal de choses mais il a le mérite ( et a réussi apparemment) d’ouvrir un débat qui présente des arguments pour Israël alors que le débat, à mon avis, sur le campus est fermé.

  • Marou95 says:

    _”Ces conquêtes sont l’une des critiques dont fait l’objet Israël par les palestiniens et de nombreux pays arabes. Cependant, il est important de noter qu’elles n’ont eu lieu qu’à la suite de guerres causées par les pays arabes.”
    ***
    La guerre des Six Jours est la guerre qui opposa, du lundi 5 au samedi 10 juin 1967, Israël à l’Égypte, la Jordanie, la Syrie. Cette guerre fut déclenchée comme une « attaque préventive » d’Israël contre ses voisins arabes.

    _”Et à ceux qui disent que les neutres sont les partisans des oppresseurs (sous-entendu Israël)”.
    ***
    Evidemment car le temps joue en la faveur d’Israël qui tente de ralentir le processus de paix (à travers des négociations extremement lentes afin de coloniser le plus de territoires possibles.

    Je ne suis pas anti-israël. Mais si vous souhaitez defendre cet Etat, fournissez-moi des arguments plus convaincants. Le jour où la reconnaissance de l’Etat palestinien sera totalement effective, alors peut-être les palestiniens accorderont un plus grand respect à Israël et une vraie paix pourra se dessiner.

  • Jonathan says:

    Si je puis me permettre, j’aimerais “comprendre” deux choses: d’abord, en quoi la référence religieuse à la Terre Promise légitime-t-elle aux yeux de l’auteur de l’article le projet sioniste tel qu’il triomphe avec la création de l’État d’Israël en 1948 (en précisant que le principe du droit des juifs à s’installer sur la terre d’Israël ne faisait pas originellement partie du projet de Theodor Hertzl tel que celui-ci le développa en 1896 dans Der Judenstaat, mais ne devint le quatrième fondement du sionisme que l’année suivante lors du premier Congrès sioniste réuni à Bâle) ? De même, en quoi la référence à un royaume juif antique dont les principales sources sont également religieuses autorise-t-elle un tel projet qui, je m’excuse, s’inscrit pleinement dans la vague de colonisation qui vit la France et le Royaume-Uni se partager les anciennes provinces arabes de l’Empire ottoman (accords Sykes-Picot de 1916 ? Quand on sait que la Palestine ne comptait plus que 12 000 juifs au milieu du XIXème siècle, et seulement 85 000 en 1914 au terme d’une première série d’installations ? Alors certes, les Britanniques ont attisé les frustrations nationalistes en multipliant les promesses contradictoires pendant la Première Guerre Mondiale. Cette ambivalence leur vaudra d’avoir à administrer un pays en ébullition tout au long de l’entre-deux-guerres, période qui voit la montée des deux terrorismes arabe et juif. A ce titre, j’aimerais rappeler, entre autres faits, le rôle majeur de la guérilla sioniste (Haganah et Irgoun) dans le départ des Britanniques: l’exemple le plus célèbre étant l’attentat perpétré en 1946 contre l’hôtel King David, à Jérusalem, siège de l’état-major britannique, lequel sera revendiqué par l’Irgoun. En ce sens, je rejoins complètement les commentaires précédents: on ne peut résumer la longue durée du problème israélo-palestinien en un article, et ce même avec les meilleures qualités de synthèse du monde. Enfin, l’auteur dénonce le rôle des idéologies dans l’exacerbation des tensions. Le meilleur conseil que je pourrai lui donner serait de faire preuve du même discernement dans la rédaction de ses futurs papiers. A bon entendeur, salut !

  • Aghilès says:

    ” Si des missiles étaient envoyés de Corse sur la France par des chefs de réseaux mafieux, l’Elysée resterait-il sans rien faire ?”

    Voici ce que l’on appelle une analogie foireuse, à la hauteur du niveau général du papier, qui part quand même d’une excellente intention. Je t’aime quand même Foulques \o/

Leave a Reply to Aghilès Cancel reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *