Le « mariage pour tous », oui, mais pas tout de suite.

par Alexis Vinette (contribution spéciale)

Le 13 janvier dernier, le Champs de Mars fut le théâtre, en face même de la Tour Eiffel, d’un spectacle sans pareil. Pendant plusieurs heures, des manifestants ont défilés pour protester contre le projet de loi du « mariage pour tous » proposé par le gouvernement Hollande.

Cette question suscite beaucoup de réactions au sein de la société. Les Pour affirment que c’est une marque évidente de progrès, démontrant que le droit, une fois de plus, doit suivre l’évolution de la plèbe. Ce projet législatif fut amorcé au nom du droit au mariage, perçu alors comme un contrat, et plus encore au nom du droit A l’enfant au travers du processus de gestation par autrui, qui, selon les opposants, sans suivrait inévitablement. Des opposants qui, justement se sont manifestés en cette journée du 13 janvier 2013, pour faire éclater leur colère. Les hommes politiques se sont très vite joints a la foule. Tous révoltés et opposés à ce projet car estimant que cela bafoue l’institution qu’est le mariage, et, qu’au nom du droit DE l’enfant, il fallait que celui-ci ait un père et une mère.
Cela est bien beau, d’un côté comme de l’autre. Les personnes débattent, montrent que le France est une véritable démocratie où les gens n’ont pas peur de dire ce qu’ils pensent. Mais ce débat est-il propice ? Devons-nous nous préoccuper en ce jour, en cette heure, du mariage pour tous, et des évolutions que cela induirait ? Comme l’ont admirablement montrés certains politologues invités de plusieurs chaines de télévision française, « ce débat n’est qu’une manière pour le gouvernement de détourner les français de ce qui devrait être vraiment débattu ». Le débat est animé pour savoir si le petit Henri devrait avoir un papa Jacques et un autre papa Paul. Et que faisons-nous de Pierre Legrand, retenu en otage dans une partie du monde, comme 7 autres de ses compatriotes ? Nous préoccupons nous du lieutenant Damien Boiteux du 4e régiment d’hélicoptères de combat, tombé au combat à Bamako le 12 janvier, pour les valeurs de la République et pour la Paix. Car ce sont aussi ces valeurs que le gouvernement se doit de défendre, et donc amener au débat. Toutes les chaines d’information de France se détournent des enjeux majeurs, concernant des vies humaines, mais aussi la stabilité économique du pays. Le mariage pour tous est sans nul doute une question sur laquelle la société se doit de pencher et surtout se doit d’évoluer. Mais pas maintenant. Pas en ces jours sombres où des français risquent leur vie et où certains se retrouvent à la rue, sans emploi ni demeure.

Ce débat nous en rappelle un autre, celui autour de la nouvelle nationalité de l’acteur Gérard Depardieu, devenu le Tsar de toutes les chaines de télévision. Encore, une fois, que l’on soit pour ou contre, ce genre de débat est totalement stérile quand on voit le vrai problème de la nationalité en France, et surtout quand on sait qu’Alain Delon, aussi brillante qu’a pu être sa prestation dans « Le clan des Siciliens », se cache derrière les Alpes, aux frais des cantons Suisses depuis plus de 20 ans.

Le mariage pour tous est loin d’être un débat clos, mais qui s’est ouvert trop précipitamment.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *