Sérénité

[Pour en savoir plus sur la chronique “Coup de Gueule” par Fatine Maussang]

Ce soir, tu as envie de faire la fête. Tu as passé une semaine éreintante, et tu n’as qu’une envie, te laisser aller et tout oublier. Tu envoies un message dans un groupe de chat composé de quelques amis, qui te répondent qu’ils allaient te proposer la même chose. C’est ainsi que vous vous retrouvez, chez un ami d’abord, pour un before « entre vous », avant de partir dans un endroit plus fréquenté, comme un bar ou une discothèque.

Tu t’habilles avec une jolie jupe, pas trop courte, juste ce qu’il faut, et tu soulignes tes yeux d’un trait de noir charbon. Tu arrives chez ton ami, claque la bise aux visages familiers, puis te diriges vers le bar. Tu retrouves une de tes amies à qui tu lances un grand sourire. Elle tient un verre à la main. Tu pousses un petit rire : elle doit sûrement déjà être pompette à l’heure qu’il est, et tu es persuadée que le contenu de son gobelet est sûrement encore un de ses mélanges douteux qui l’ont poussée de nombreuses fois à finir la soirée pieds nus, du mascara coulant autour des yeux en se répétant qu’elle ne boira plus jamais.

Tu t’approches, tu l’embrasses, et lui lance un « Ne bois pas trop, la soirée ne fait que commencer ! ». Elle te regarde, l’air outrée. « Tu plaisantes ? C’est du jus de pomme. Dans moins d’un mois, c’est le ramadan ! »

Tu la fixes, estomaquée. Tu attends quelques secondes, pour vérifier que ce n’est pas une blague, que cette même personne que tu avais dû raccompagner chez elle il y a quelques semaines car elle ne tenait plus debout en fin de soirée n’est pas en train de te mener en bourrique.

Son regard sérieux et la bouteille de jus à côté d’elle vient te prouver le contraire. Tu as envie de lui dire que c’est complètement stupide, que si elle suit cette logique, la robe courte qu’elle porte et son visage maquillé à outrance contredisent complètement son comportement actuel. Que si elle suit cette logique, elle devrait simplement arrêter définitivement l’alcool. Que si elle suit cette logique, elle devrait arrêter de donner son numéro à tous les inconnus qu’elle croise et éviter d’enchaîner les « coups d’un soir » dont elle est une fidèle adepte.

Mais à bien y réfléchir, elle n’est pas la seule en proie à cette hypocrisie marocaine que tu connais si bien.

Dans ton pays, le plus beau pays du monde, tout le monde devient pieux et pratiquant dévoué dès que le ramadan approche, et tout le monde se permet de donner des leçons de morale.

Pourtant, ce sont ces mêmes personnes qui vont acheter beaucoup plus de nourriture qu’il n’en faut, manger jusqu’à en avoir mal au ventre, et détourner le regard avec un air gêné lorsqu’elles passeront devant un mendiant qui tend la main. Ce sont ces mêmes personnes qui, dès que le mois sacré sera fini, retourneront adopter un comportement qui est tout sauf religieux et feront la sourde oreille lorsqu’on leur fera des remarques.

Parce que dans ton pays, le plus beau pays du monde, on tue des animaux errants de sang froid pour nettoyer les rues dans le but de convaincre la FIFA du caractère épuré et propre des quartiers. Dans ton pays, le plus beau pays du monde, on jette les restes sans trier pendant qu’une partie de la population meurt de faim et que des enfants se retrouvent à la rue, sans personne pour les aider. Dans ton pays, le plus beau pays du monde, on peut aller en prison à cause d’une relation hors mariage, mais la prostitution représente une part importante de l’économie.

Mais, grâce à Dieu, tout va bien. Et toi, tu vas faire comme tout le monde, et dès le lendemain, tu essuieras ton maquillage, mettras des vêtements amples et ira acheter un kilo de chebakkia, avec une sourate du Coran en fond sonore chez le marchand.

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *