Un Mentonnais à Sydney – Portrait de 3A

Par Marc Kioumji

It ain’t about how hard you hit…

    Un alcoolo en Australie

            Quitte à partir dans un pays au choix, autant choisir le bout du monde. Un endroit où quand tu l’annonceras à ta famille, ils te diront que c’est trop loin ; et quand tu l’annonceras à tes amis, ils te diront que c’est trop cool ! Après on ne va pas se mentir, l’image de l’Australie, c’est grave cool mate ! Déjà les kangourous, ensuite les koalas, après le surf, enfin le désert.

            L’Australie et ses longues plages, ses petites exchanges de Menton toujours plus mignonnes chaque année et son côté Man versus Wild, ça peut vite monter à la tête. C’est un peu l’idée que je m’en étais fait avant d’y aller, et, c’est vrai, je me suis dit que je pourrais porter des marcels en permanence, personne ne me ferait ch*er !

            Bon maintenant pour le véridique, distinguer le vrai du faux et que cet article ait au moins un tantinet de valeur objective. L’Australie, c’est un paradis sauvage et naturel… en voyage. Car oui, ton université petit glandu, ce n’est pas au milieu du désert ou de la barrière de corail qu’elle est, mais bien dans un endroit propice à assurer une vie de tous les jours.

            Je vais donc parler du daily life. Que vous choisissiez Sydney (comme moi pour Usyd qui ressemble à Poudlard) ou Melbourne (si vous êtes un gaucho artiste qui voit dans le brunch un plaisir dont on ne peut pas se passer) on va devoir s’avouer que ça reste des villes bien urbaines. Alors il y a des plages, il y en a même beaucoup -et rien que pour elles, ça vaut le coup- mais l’intérieur des cités est le même : CBD et métro. Cela dit un truc sans doute pourra vous choquer en arrivant : Deux personnes sur trois environs sont –ou sont d’origine- asiatique et donc forcément, la moitié des magasins et annonces que vous verrez dans les rues seront en mandarin/japonais/coréen… 

            Second point plus négatif cette fois-ci : l’Australie, c’est cher. Le paquet de clopes le plus cheap est à 20AUD ; le whiskey le moins cher est à 30AUD (je parle pour moi, j’ai rien bu d’autre perso), et selon le logement que vous trouverez, lui aussi peut s’avérer vraiment étouffant financièrement. Après l’avantage, c’est que si tu bosses sur le côté (serveur/strip-teaser ou donneur d’organe) c’est que tu te fais la masse de thune car le salaire va bien avec le prix de la vie (#giletjaunevenezpascasserlà-bas).

            Personnellement, j’ai choisi l’Australie pour le soleil et les cours. Si tu vas sur un classement mondial genre QS ranking-machin tu peux voir qu’ils sont vraiment super bons en droit. Et c’est vrai, j’ai pas eu à me plaindre. J’ai pris de l’avance sur des cours que j’aurai plus tard en Master et les universités sont tellement modernes et tunnées comme des bagnoles de Marseillais que, quand tu viens de Menton, ça fait un vrai choc. Quelque part, ça fait un peu usine parce qu’il y a énormément d’élèves mais ça veut aussi dire que si tu cherches vraiment à te faire des potes, il faudra redoubler d’efforts.

            Pour ma part, mon premier semestre en Australie a été plutôt atypique. Je vais pas te mentir, j’ai fait la fête comme il faut mais je manquais de liens sociaux aussi forts qu’à Menton. Après moi c’est moi et toi c’est toi (la plupart des Mentonnais que je kiffe disent qu’avant de devenir pote, je leur faisais peur de loin… donc bon !) t’auras sans doutes pas de problème de ce côté-là. Cela dit, l’Australie étant le pays du SPORT (tout le monde en fait) j’ai pu y réaliser un rêve de gosse en m’enrôlant dans l’équipe de boxe de Usyd. Alors y a pas de raison que tu puisses pas en retirer le meilleur toi aussi.

            Une chose à garder à l’esprit cela dit. Si tu vas en Australie, à Sydney, Melbourne ou Brisbane etc… ce qu’il faut que tu fasses c’est sortir. Netflix and chill, c’est une excuse pour pécho, pas pour glander. Il y a des parcs de ouf, du street art de malade dans chacune des villes. En dehors des villes, il y a des réserves naturelles avec des crocodiles, des plages avec des requins (j’ai nagé avec des requins… et je vais m’en vanter pendant encore dix ans !). En Australie tu peux te la jouer backpacker et aller en Nouvelle-Zélande voir les spots du seigneurs des anneaux, au Vietnam rencontrer les gens comme Jade (sans l’attitude de Parisienne) ou comme moi, prévoir d’aller jusqu’au Japon !

            Mec (ou meuf, on va encore me traiter de macho), l’Australie, en y repensant, et Sydney aussi… c’était quand même bien dare. Certes c’est un peu cher mais ça te permet d’expérimenter des heures de marches où tu ne fais qu’admirer le paysage. C’est ultra moderne en ville et super authentique en nature. Les gens sont sympas comme tout et la bouffe… (non la bouffe c’est de la merde, manges des sushis).

            J’ai tendance à voir mon séjour là-bas comme un boxeur alcoolo en introspection sur lui-même. Loin de tout mentonnais (personne n’ayant suivi) j’ai quand même rencontré du beau monde et ai vu des spectacles qu’on ne voit que sur Arte et Chasse et Pêche. Alors si tu veux te taper le bout du monde parce qu’en vrai, Londres tu pourras-y aller plus tard… espèce de tcho*n (Pavlos c’est à toi que je parle !). Viens en Australie mate !

PS : J’ai nagé avec des requins !

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *