VERS UN MOUVEMENT ÉCOLOGIQUE INCLUSIF ?

South Africans Join 1 Million Students Worldwide in Climate Change Strike
South Africans Join 1 Million Students Worldwide in Climate Change Strike @Mick Tsikas/AAP Image

Elza Goffaux

Aujourd’hui, les discussions autour de l’écologie sont de plus en plus présentes au sein du débat public, ce qui permet une plus grande sensibilisation et une prise de conscience de l’urgence écologique qui pousse à l’action. En revanche, nous sommes aussi témoins du cloisonnement de l’action politique autour de l’écologie, le combat se trouvant limité par des divergences politiques basées sur la forme plutôt que sur le fond, entre partis et associations par exemple. Un front politique uni en faveur de l’écologie ne peut être mis en place. De même l’inaction politique des élites, qui ne respectent pas leurs engagements, enlève de l’équation une partie essentielle de la transition écologique. Nous nous retrouvons face à la nécessité de renouveler nos figures politiques.


Le changement climatique paraît d’autant plus sans issue quand on considère que ses causes dépassent l’individu consommateur et qu’il est lié à la nature même du système de production dans lequel nous vivons et consommons, à la recherche constante de profits et de satisfaction de nos besoins croissants. Il est donc difficile pour l’individu de trouver sa place au sein du débat et du combat pour l’écologie, à faire concorder mode de vie et convictions. Car en effet, on assiste à un blâme croissant de l’individu comme cause majeure du changement climatique. Certes, nous sommes consommateurs et avons un impact sur les modes de production par le changement de nos habitudes de vie. Mais ce changement de mode de vie n’est pas accessible à tous, et les plus démunis se retrouvent exclu du débat pour l’écologie, alors que nous sommes tous concernés, dans notre vie quotidienne ou à l’échelle de la planète. Il est donc nécessaire de mettre en avant la diversité des actions en faveur de l’écologie, de présenter un mouvement inclusif où chaque personne peut participer et se sentir concernée. Ces actions peuvent prendre la forme de participation active ou passive à la sensibilisation sur les causes et les conséquences du changement climatique. Il peut aussi s’agir de l’investissement régulier ou non au sein d’associations qui impactent les localités par des actions de nettoyage ou de protection de la biodiversité. De même, l’action peut passer par l’évolution de notre propre consommation, si possible, en ayant recours aux circuits courts, ou en changeant nos moyens et nos fréquences de déplacement. Enfin, l’action politique peut avoir lieu à travers des manifestations ou par un investissement dans des collectifs tels que Youth For Climate afin de faire évoluer l’opinion publique.

Ainsi, en montrant que le combat pour l’écologie est naturellement accessible à tous, en valorisant ce qui est fait pour l’écologie plutôt qu’en blâmant les individus pour leur mode de vie peu écologique, nous pourrions aboutir à une dynamique sociétale positive qui engendrerait l’action politique à grande échelle dont nous avons besoin.

Cet article fait partie de l’édition spéciale en partenariat avec Environnementon

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.